Le Jeûne Buchinger

Qu’est-ce que le jeûne ?

Jeûner c’est s’abstenir de toute nourriture durant une période plus ou moins longue, d’une journée à plusieurs dizaines de jours de façon volontaire. Bien que dans la conception habituelle du jeûne, il y a conservation d’un apport d’eau quotidien (le jeûne hydrique).

« Jeûner, c’est s’abstenir d’aliments solides sur une durée déterminée, afin de laisser le corps se régénérer en se nourrissant de l’intérieur ».

Dr Otto Buchinger

Il existe plusieurs type de jeûne, cependant, je fais le choix de communiquer uniquement sur le jeûne de type préventif, celui auquel j’ai été formé : le jeûne de type Buchinger (Dr. Otto Buchinger (1878 – 1966, fondateur de la clinique en Allemagne) qui s’intègre parfaitement dans une démarche d’hygiène de vie.

En savoir plus

Dans nos sociétés occidentales, mais surtout en France, le fait de devoir s’alimenter prends une place considérable, l’art de la table, du petit-déjeuner jusqu’au diner est une éducation alimentaire fortement instaurée depuis de très nombreuses années. Les idées préconçues sur l’abstention volontaire de ne pas se nourrir peut faire « peur » ou être jugée de dangereuse…Pourtant, c’est tout le contraire ; jeûner c’est se régénérer, c’est offrir à son organisme un temps de repos, de récupération. Le jeûne n’est pas une pratique récente, depuis la nuit des temps, il ponctue la vie des hommes au travers de traditions religieuses, médicales, ou lors de pratiques de « bon sens » qu’utilisaient nos ancêtres.

Programme de la journée type

  • Réveil matin en douceur ; partage d’une tisane bio.
  • Réveils musculaires en respectant les limites de notre corps.
  • Départ randonnées d’environ 2h30/3h avec temps de pause inclus (océan, rivière, forêt).
  • Soin massage relaxant.
  • Repos, sieste, bibliothèque, ludothèque, temps à soi.
  • Partage du bouillon de légumes bio du soir
  • Conférence ou autres, échange sur la journée.

Comment se déroule le jeûne type Buchinger ?

La cure de jeûne est précédée d’une descente alimentaire (repas légers jusqu’à ne plus s’alimenter), généralement semblable à la durée du jeûne. Le but étant d’accompagner le corps de manière positive, ainsi de ne pas le brutaliser (surtout au niveau de l’élimination toxinique = crises curatives). Il est très important de bien préparer son jeûne, au même titre qu’un sportif préparerait sa compétition (force vitale suffisante). Un protocole de descente alimentaire ainsi qu’un suivi personnalisé en naturopathie vous sera proposé lors de votre inscription.

Pendant la durée du jeûne Buchinger, ce dernier sera composé uniquement de liquides. Les hôtes recevront de l’eau de source, des tisanes, des jus de fruits et de légumes ainsi que des bouillons de légumes bio selon un planning précis.

Aussi pendant ce stage de jeûne, il est intéressant d’apporter du mouvement au corps, grande clé pour l’activation de l’ensemble des émonctoires, libérer les articulations, activer tous les liquides du corps et faciliter ainsi leurs filtration au travers des organes spécialisés appelés « émonctoires ». Pour cela, des exercices de réveils musculaires, ainsi que des randonnées quotidiennes seront pratiquées sur toute la durée du jeûne.

A la fin du jeûne, on procède à une reprise alimentaire douce et progressive. On veillera à respecter les paliers de reprises, le corps ayant été privé de nourriture durant une certaine période, il aura le réflexe de tout retenir. La reprise alimentaire, nous invite à reconsidérer notre rapport à l’alimentation. C’est une sorte de rééducation alimentaire, être en conscience avec ce qui nous nourrit. Une invitation consciente portés par notre propre désir (le cheminement du jeûne) de revenir à des choix alimentaires plus sains. Le moment de la reprise est un temps privilégié, celui qui met fin à notre cure de jeûne. Le jeûne est accompagné de soins thérapeutiques. Normalement, il s’agit de soins de détente et de relaxation, car le but aussi du jeûne est de reposer l’organisme, mais aussi l’esprit, qui se clarifie, et s’éveille à d’autres dimensions…

La physiologie du jeûne,
Que se passe-t-il en l'absence d’alimentation ?

1

Phase d’urgence : La glycogénolyse

Dans un premier temps, la glycémie (concentration sanguine du glucose) va diminuer, et lorsqu'elle atteint un seuil critique, le glucagon va être sécrété pour mobiliser les réserves glucidiques stockées dans le foie. C’est la phase d'urgence du jeûne. Elle dure chez l'homme environ 12 à 24 heures selon les réserves accumulées et l'activité. L'épuisement des réserves hépatiques entraine à nouveau une baisse de la glycémie. L'organisme va alors mettre en route un mécanisme adaptatif qui va produire du glucose à partir de précurseurs non glucidiques : la néoglucogenèse.
2

Phase à moyen terme : la néoglucogénèse

Il s'agit d'un mécanisme qui se produit de façon plus ou moins permanente, en fonction des apports alimentaires et dont le but est de maintenir la glycémie constante lorsqu'il y a une diminution des apports en glucides.

Elle se caractérise par la synthèse de glucose dans le foie, à partir des acides aminés issus de l'hydrolyse des protéines musculaires et à partir du glycérol issu de l'hydrolyse des triglycérides du tissus adipeux.

Cette phase, phase de "jeûne court", ne peut pas être maintenue longtemps. La fonte protéique serait trop rapide et incompatible avec une survie prolongée. La transformation des acides gras en est trop coûteuse d'un point de vue énergétique pour être efficace sur une longue période.

L'évolution a sélectionné une autre stratégie pour prendre le relais de la néoglucogenèse : après une période de deux à quatre jours, l'organisme va privilégier progressivement une voie métabolique qui se caractérise par une dégradation protéique infime permettant une survie prolongée.

Elle commence entre le troisième et le quatrième jours de jeûne et pourra durer plusieurs semaines; elle correspond au "jeûne prolongé".

3

Phase à long terme : la cétogenèse

L'organisme va utiliser ses réserves en acides gras du tissu adipeux, et les transformer dans le foie en corps cétoniques, selon le processus de la cétogenèse.

Ces corps cétoniques sont donc une importante source d’énergie pour le cerveau ou d’autres tissus gluco-dépendants (tissus musculaire, tissus cardiaque, etc…) soumis à un jeûne glucidique.

Avantages des corps cétoniques

Les avantages d’un tél carburant sont nombreux :

  • Il est plus facilement utilisable par la cellule car il passe directement dans la phase aérobiose du cycle énergétique.
  • Il passe facilement la barrière hémato-encéphalique, et augmente le taux de BDNF, protéine neurotrophique qui favorisent le fonctionnement du cerveau.
  • Il génère moins de déchets dans les cellules musculaires car il n’y a pas formation de lactate. Le corps récupère et gère mieux ses efforts.

Pourquoi jeûner ? les bienfaits

« Je jeûne pour contrôler mon corps et mon mental. Il me donne la force et la détermination à atteindre l’objectif. »
Mahatma Gandhi

Tout d’abord, c’est un choix personnel, me concernant, lors de ma première idée de jeûner,  j’étais en quête d’une hygiène de vie plus saine, en corrélation avec mon métier de naturopathe, un appel vers le bien -être, le mieux-être. Un désir profond et volontaire d’expérimenter les capacités adaptatives de mon corps et mon esprit. Evidemment, ce fut une réussite ! et depuis je jeûne deux fois une semaine par an. Ici je vous invite à découvrir les bienfaits du jeûne, tant sur le plan mental, physique et émotionnel.

Les bienfaits du jeûne

  • Perte de poids
  • Réduit l’inflammation
  • Baisse la tension artériel
  • Détruit les radicaux libres
  • Combat le diabète de type 2
  • Draine les reins
  • Soulage les douleurs articulaires
  • Rajeunit la peau
  • Régénère le système immunitaire
  • Repose le système digestif
  • Réduit les allergies saisonnières
  • Répare la peau abîmée par l’acné et l’eczéma
  • Clarté mentale
  • S’ouvrir à soi…

Les contre-indications au jeûne

Le jeûne et la monodiète s’adressent à des personnes en bonne santé. Il est strictement contre indiqué en cas d’amaigrissement extrême, d’anorexie, d’hyperthyroïdie décompensée, d’artériosclérose cérébrale avancée, d’insuffisance hépatique ou rénale avancée, de grossesse ou d’allaitement, de dépendances, d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, d’affections coronaires avancées, de décollement de la rétine, de psychose, d’anorexie, de diabète de type 1, de maladies tumorales et sclérose en plaques, et de tout traitement allopathique en général.

Vous serez accueillis dans une magnifique maison landaise, à Contis les Bains !

J’adhère à la charte de la naturopathie et au code de déontologie établis par l’ APNF (Association des Professionnels Naturopathes Francophone) en m’engageant à :

Exercer la Naturopathie de manière fraternelle n’ayant pour but premier que de servir les sciences mises au profit de ses semblables

Mettre en œuvre l’application des dix techniques naturopathiques avec le plus de conformité possible à l’enseignement qu’il a reçu de ses pairs

Appliquer la discrétion professionnelle la plus stricte à l’égard des secrets et confidences dont les consultants pourraient lui faire part

En aucun cas ne pratiquer la médecine allopathique ou toute autre discipline de santé s’écartant de ses compétences professionnelles.

En aucun cas ne pratiquer la Naturopathie en dehors du cabinet (particulièrement dans les lieux publics ou dans l’arrière boutique de magasins hors de son lieu de travail sans être déclaré)
M’abstenir de conseiller l’absorption de toute substance dont la toxicité est connue.
En aucun cas intervenir pour modifier ou suspendre une prescription médicale